Les planteurs de cacao africains sont nombreux à vivre sous le seuil de pauvreté, dans un marché dominé par une poignée de multinationales. Mais des petits artisans tentent de changer la donne.