Le port de Pointe-Noire au Congo-Brazzaville est en train d’être agrandi et modernisé. Son concessionnaire –le groupe français Bolloré– affirme avoir injecté plus de 262 milliards de francs CFA (plus de 400 millions d’euros) ces dix dernières années. Ces investissements ont entre autres facilité l’aménagement des quais, qui viennent d’être mis en service.

Le port de Pointe-Noire peut accueillir des navires de 400 mètres de long, transportant jusqu’à 14 000 conteneurs. Sur 1 840 mètres linéaires de quais bien aménagés se dressent d’imposants portiques qui chargent et déchargent, à longueur de journée, des bateaux de grands tonnages dans un périmètre hautement sécurisé. Le Port de Pointe-Noire qui a totalisé ses 80 ans en 2019 se modernise et s’étend au grand bonheur de Jacques Bivoua Bimbakila, chef du département qualité, hygiène, sécurité et environnement.

« Nous avons réalisé des ouvrages qui font partie de notre schéma directeur ; un schéma qui est en pleine expansion et devant allé jusqu’à 2035. »

Un des grands ports en eau profonde d’Afrique de l’Ouest et du Centre, le port de Pointe-Noire s’est totalement métamorphosé en dix ans de concession et affiche encore plus d’ambitions, pour renforcer le statut du Congo de pays de transit dans la sous-région.

Jacques Bivoua Bimbakila : « L’objectif fixé par le port est de dépenser le million de conteneurs par année. On veut se maintenir et garder le leadership dans le transbordement et le transit. Nous sommes un port en eau profonde avec des caractéristiques bien précises qui nous permettent de faire face à n’importe quel type de trafic. »

Séraphin Ballat, directeur général du port autonome de Pointe-Noire tient quant à lui les statistiques sur l’augmentation du trafic : « Les volumes du trafic conteneurisés sont passés de 322 000 conteneurs équivalents 20 pieds en 2009 à 921 000 conteneurs équivalents 20 pieds en 2019. »

Le directeur général des ports et concessions du groupe Bolloré, Olivier de Noray est satisfait des performances. « Les efforts de Congo Terminal (filiale du groupe Bolloré exploitant le port NDLR) ont permis la suppression des attentes des bâtiments à l’extérieur du port. Aujourd’hui tous ces navires attendent moins de 24 heures (contre trois semaines jusqu’en 2009 NDLR) avant d’accoster. Les cadences de débarquement et d’embarquement des conteneurs ont été multipliées par quatre. »

Outre ses propres infrastructures, le port de Pointe-Noire accueille désormais dans sa zone d’extension une usine agro-industrielle, « les Moulins du phare », propriété du groupe français Somdiaa qui produit, entre autres, de la farine.