En début d’année, les autorités ont décidé de lancer un nouveau programme dans plusieurs grandes villes de provinces (Bossangoa, Berberati, Bouar…) pour payer les fonctionnaires : Patapaye. En coopération avec Orange et Ecobank, la phase test du paiement des salaires des fonctionnaires par mobile money a débuté.

À Bossangoa, pas de structures bancaires. Le bâtiment d’une succursale qui a existé ici est à l’abandon dévoré par les herbes hautes. Impossible donc pour les fonctionnaires de retirer leur paie. Pierre Denamguere, le maire de Bossangoa: « Pour le moment chaque fin du mois les personnels vont à Bangui et ça traine pendant deux ou trois mois pour qu’ils perçoivent leur salaire. Quand l’Orange money est venu. Tout le monde est content. Les personnels vont pouvoir rester sur place et percevoir leur argent. »

Le système mis en place nécessite une coordination entre Orange et les comptes bancaires des fonctionnaires qui demandent un gros travail de vérification des identités. Audrey Serefio est chef du département Orange money en Centrafrique.

« La solution qui est mise en place nous on l’appelle en général le Bank Wallet ça permet au fonctionnaire d’interconnecter leurs comptes mobile money et à partir de là de faire des virements de là où ils sont et de toucher leur argent. C’est beaucoup plus pratique parce qu’en région il n’y a pas d’institution financière en tant que telle par contre les télécommunications ont pu développer des réseaux de distribution et ils ont une très bonne traçabilité. »

Le maréchal Delogis Wakamba vient d’être muté à Bossangoa, il est déjà un adepte du Orange Money…« J’ai commencé à utiliser Orange money depuis presque deux ans. Cela m’a même permis de faire le transfert d’un montant supérieur à un million. Cela m’a donné l’occasion d’aller avec toutes les garanties possibles, pour ne pas risquer d’être volé, de perdre mon argent. Ça m’a permis de faire mes démarches dans la beauté. J’avais effectué le transfert comme ça parce que je voulais me rendre de l’autre côté du Cameroun pour mes petites affaires. Ça m’a permis de quitter Bangui avec un peu de chance pour le manger seulement et le capital était sur le Orange money. Une fois la frontière traversée j’ai retiré mon argent et ça m’a permis de faire mes affaires. »

Aujourd’hui, le maréchal Delogis Wakamba attend avec impatience de pouvoir souscrire à Patapaye.« Avec ce nouveau système, je souhaite être dans le mécanisme. Je suis en train de voir avec Orange Money si mon compte en banque peut passer directement sur mon compte Orange money. Comme ça partout où je passe dans les provinces je peux avoir accès à mon salaire. »

Le système Patapaye est encore testé à petite envergure. Une centaine de fonctionnaires sur l’ensemble du territoire.